Une maison passive pour 40 000 euros

Petite maison passive

Projet en cours : Une maison passive pour 40 000 euros !

 
Après trois années d’existence chacune et d’intenses échanges, l’association E-Coco et la SCI AK’Habitat désiraient réaliser un projet « manifeste » combinant leurs réflexions tant sur l’art de construire que sur l’art d’habiter dans le contexte social et écologique actuel.

Le maître d’ouvrage, la SCI, souhaitait auto-construire une maison saine et passive, sobre et peu onéreuse, ni dans sa construction ni dans son mode de fonctionnement, pour l’offrir à la location pour un public fragilisé, une jeune famille monoparentale. Ce public représente l’essentiel de la clientèle en recherche de location sur le bassin de Brive – Objat.

L’association voulait mettre en œuvre un chantier « école » permettant de faire connaître et partager son savoir faire en construction Bois – Terre – Paille, tout en continuant d’approfondir sa pratique de l’accompagnement d’auto-constructeur, et sa réflexion sur l’acte de construire et d’habiter sans renier histoire et paysage.

Le projet regroupe une petite maison de 62 m2 de surface habitable, et un atelier indépendant de 20 m2 (replié, mais extensible à 30 m2 par coulissement d’un espace vitré, faisant rentrer la chaleur du soleil). C’est parce que les deux partenaires aiment à soutenir l’artisanat, la micro-entreprise et les « petits » travailleurs indépendants qu’ils ont décidé d’associer au lieu de vie de la famille un espace de travail. Par ailleurs, l’association est souvent sollicitée par des auto-constructeurs souhaitant combiner habitation et petit atelier, rapidement construit pour servir d’hébergement temporaire durant la durée des travaux de construction de la maison. Il y avait donc là l’opportunité de concevoir et construire le prototype d’un atelier original qui pourra être reproduit par les futurs « clients » de l’association. Découvrir la page «La mini maison extensible »

Des préoccupations architecturales

Principes constructifs maison en paille

La maison en reprenant les caractéristiques d’une construction vernaculaire s’inscrit parfaitement dans le paysage comme dans l’histoire architecturale du village médiéval de Voutezac, Le volume du bâtiment d’habitation, très ramassé, reprend par sa forme et ses dimensions celui d’une petite grange. Les matériaux extérieurs protègent au mieux l’habitation tout en respectant l’histoire locale: ardoise naturelle, bardage de douglas laissé à griser, muret de pierres de schiste locales appareillées selon la technique sèche traditionnelle, enduit terre/chaux. Seule petite note contemporaine : la dimension des menuiseries extérieures.

L’aménagement intérieur de la maison répond au souci de recréer des relations fortes et une grande complicité familiale, de favoriser une vraie vie de famille, fut-elle autours d’un seul parent. Une entrée bien marquée, pour bien distinguer le dehors du dedans, et permettre la ritualisation du passage de l’un à l’autre pour se sentir « chez soi », des espaces collectifs pour préparer les repas et manger ensemble, mais aussi pour jouer ensemble sans soucis du capharnaüm créé. De nombreux rangements pour stocker de quoi tenir un siège, bien sur, mais surtout emmagasiner les souvenirs communs comme ceux de chacun…

Une approche environnementale

Flux de chaleur d'une maison passive

La construction en matériaux locaux et bio-sourcés, sur pilotis, limite l’empreinte écologique (dont la démolition complète et sans déchets) et réduit les travaux de terrassement sur cette parcelle de pente forte. Elle permet la mise en œuvre d’une enveloppe isolante continue et homogène, supprimant tous ponts thermiques, gage d’un très haut niveau de performance énergétique (besoin de chauffage < à 8 kWh/m2/an). Les deux faces largement vitrées sont orientées et dimensionnées pour capter un maximum de soleil en hiver tout en réduisant les risques de surchauffe en été.

Descriptif technique

 
Ossature douglas de haute Corrèze, remplissage bottes de paille, sur-isolation et habillage des ponts thermiques en fibre de bois. Inertie intérieure : 60 mm de torchis sur tous les murs de l’enveloppe. Plancher chêne et châtaignier. Cloison ossature bois/fibre de bois/lambris ou Fermacell. VMC double flux très haut rendement, chauffe eau solaire. Chauffage par 1 sèche-serviettes (puissance de chauffage requise 800 W). Maison conçue sur logiciel PHPP et maquette 3D SketchUp pour optimiser les coûts et faciliter l’auto-construction, une méthodologie mise au point par l’association E-coco pour l’accompagnement d’auto-constructeur.

Budget

 
Le budget alloué à la construction seule, en auto-construction intégrale (coût des matériaux seul), était de 40 000 euros. Il faut y ajouter le prix du terrain et de ses aménagements (branchements,VRD…) et des différentes taxes : 20 000 euros. Coût du projet pour la maison seule: 60 000 euros, soit 300 euros mensuelle pour un emprunt sur 20 ans… Ah si les banques prêtaient aux auto-constructeurs tout le monde pourrait se loger confortablement !

combien coute une maison passive

2 Commentaires

  1. Claude Diep-Van-Vang

    Bonjour,

    Est-ce que la VMC est indispensable ?

    Cordialement

    • Pour atteindre le niveau passif, il faut pouvoir ventiler la maison sans la refroidir, une VMV double flux est aujourd’hui le moyen le plus simple et le mieux maitrisé pour y arriver. Mais réchauffement climatique et innovations vont modifier la donne. Les maisons bioclimatiques ne doivent plus être conçue en fonction de la course du soleil mais aussi du régimes des vents et des courants d’air propices à rafraichir la maison de façon passive et naturelle… On entre dans l’architecture dite frugale!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *